Ligue Saint Amédée     Mieux vaut une petite œuvre dans la Vérité, qu'une grande dans l'erreur.

 



Recherchez sur le site :

Qui êtes-vous pour juger le Pape ?
Qu'est-ce que l' "église conciliaire" ? [vidéo]
Que penser de François Bergoglio ?
Où allez à la Messe ? (liste des centres de Messe non una cum recommendés)
Qu'entendez-vous par l' "Autorité" ?
L'Infaillibilité du Magistère ordinaire du Pape

Qui êtes-vous pour juger le Pape ?

Nous sommes accusés de juger illégitimement un Pape comme hérétique.
C'est par confusion avec les sédévacantistes complets, qui ont une position proche de la nôtre, que les tenants de la thèse de Cassiciacum sont accusés à tort de juger le Pape.

En effet, les sédévacantistes complets, contrairement aux tenants de la thèse de Cassiciacum, utilisent généralement l'argument de l'hérésie du "pape" (post-conciliaire) pour affirmer qu'il ne peut pas être un vrai Pape, en s'appuyant notamment sur des écrits de Saint Robert Bellarmin ou de Francisco Suarez.

Or ce jugement sur le Pape est souvent considéré comme illégitime ou illicite car : Tout catholique peut affirmer des hérésies sans être hérétique pour autant. Par exemple par ignorance, par fatigue ou inattention. Il s'agit alors d'hérésie matérielle, car il n'y a que la matière de l'hérésie (l'acte ou la parole), sans la forme (l'intention). En revanche, s'il y a l'intention et la pertinacité (persévérance dans l'hérésie en pleine conscience), alors il s'agit d'hérésie formelle. L'hérésie formelle est ensuite déclarée publiquement par l'autorité de l'Église, qui impose ainsi son jugement à tous ses membres. Un hérétique formel est considéré comme étant hors de l'Église.

En réalité nous ne jugeons pas le Pape... et nous n'avons pas besoin de le juger pour démontrer notre position.
Nous observons, comme tout le monde, que les actes et les paroles du "pape" sont régulièrement en contradiction avec les enseignements de l'Église, constituant ce que l'on appelle des hérésies matérielles. Mais cela n'implique pas nécessairement des hérésies formelles.

Le seul jugement dont on peut nous accuser, c'est de juger l'intention manifestée. Autrement dit, de juger l'intention directement manifestée par des actes et des paroles répétées, sans juger de son intention privée qui peut être différente.
Par exemple, pour Dignitatis humanæ, nous n'accusons pas Montini (Paul VI) d'être hérétique, mais d'avoir posé un acte hérétique, car contraire à l'enseignement de l'Église.

Alors le Pape est-il hérétique ?
Bien qu'il existe beaucoup d'arguments pertinents en faveur de l'hérésie formelle du Pape, ces arguments ne bénéficient pas d'une certitude aussi assurée que le raisonnement de la thèse de Cassiciacum. De plus, jusqu'à la déclaration officielle de l'Église sur l'hérésie du "pape", l'élection reste légalement valide.

Il est donc tout à fait vraisemblable que le "pape" soit hérétique comme le pensent les sédévacantistes complets et une partie des tenants de la thèse de Cassiciacum. Mais en l'absence de certitude, ceci reste une opinion personnelle qui n'est, grâce à la thèse de Cassiciacum, pas nécessaire pour affirmer que les "papes" issus du concile Vatican II n'ont pas eu l'Autorité sur l'Église.

L'opinion personnelle d'une personne défendant la thèse de Cassiciacum concernant l'hérésie du "pape" ne doit pas être confondue avec l'argumentation de la thèse qui refuse explicitement de se fonder sur l'hérésie ou sur un jugement de l'intention privée du "pape". Voir notre Résumé analytique des cahiers de Cassiciacum.

Retour en haut


Qu'est-ce que l' "église conciliaire" ?

Le concile Vatican II marque un tournant, une cassure dans la vie (visible) de l'Église catholique.
De ce fait, l'on parlera d'un avant et d'un après concile, Vatican II donc. Après le concile, l'Église "officielle" semble s'être muée et s'oppose à l'Église d'avant le concile.

C'est pourquoi on appelle Église traditionnelle l'enseignement porté par la Tradition de l'Église et qui s'est perpétué jusqu'au concile (et que les catholiques, dits "traditionnels", veulent préserver) en opposition à la nouvelle "église conciliaire" car née du concile et qui apporte un nouvel enseignement, une nouvelle doctrine, une nouvelle liturgie, etc.

La vidéo ci-dessous expose les différences entre Église traditionnelle et "église conciliaire" :


Rendons hommage au chanteur Serge Lama qui, déjà en 1986, dénonçait dans sa chanson Je vous salue Marie que des Judas et des traîtres ont investis l'Église catholique pour y changer de l'intérieur Sa doctrine :

Retour en haut


Que penser de François Bergoglio ?

Quelques images suffiraient à résumer la réponse...

Bergoglio dans ses œuvres

Voici néanmoins un sermon de l'abbé Dutertre à l'occasion des 8 ans de "pontificat" de M. Bergoglio :


Ici, un lien vers un recueil complet (NB : en langue anglaise) de l'excellent site Novus Ordo Watch qui recense les déclarations et actes contraires à la foi catholique de la part de celui qui devrait pourtant être le représentant du Christ sur terre : The Facts About “Pope Francis” — Jorge Mario Bergoglio.

Retour en haut


Où allez à la Messe ?

Sainte Messe à Paris

Voici un lien vers les centres de Messe recommandés dans le monde, tous non una cum.

Ici, spécifiquement les Saintes Messes célébrées par l'Institut Mater Boni Consilii, dont nous dépendons.

Retour en haut


Qu'entendez-vous par l' "Autorité" ?

Nous avons écrits un bref billet afin d'introduire à la notion d' "Autorité" :

  Le Pape et les végétariens, l'autorité pour « Les Nuls »

comparaison avec les végétariens

Explication de l’autorité pour « Les Nuls », parallèle avec une association de végétariens progressistes.

Prenons l’exemple de l’association mondiale des végétariens. Celle-ci doit élire son nouveau président. Un candidat, que nous appellerons François, se présente et gagne l’élection. François devient donc officiellement le nouveau président de l’association mondiale des végétariens : c’est donc François qui dirigera l’association et ses membres. Est-ce que le fait que François ait été élu et soit donc le président de l’association lui donne « carte blanche » ? Est-ce que François peut dire et faire ce qu’il veut ? Naturellement non : s’il a été élu, c’est pour mener à bien la finalité de l’association et non pour faire ce que bon lui semble.

En l’occurrence : quelle est la finalité de l’association mondiale des végétariens ? Promouvoir le mode de vie végétarien, c’est-à-dire en premier lieu une alimentation sans viande animale. Or, dès sa prise de fonction, François prône l’ouverture avec un « aggiornamento » de la doctrine végétarienne, et notamment plus de tolérance et de dialogue envers les carnivores. François encourage donc les végétariens à participer aux grillades et invitent des carnivores à apporter de la charcuterie et des saucisses lors des rassemblements végétariens. François explique également : « qui suis-je pour juger ? » si des végétariens souhaitent manger de la viande, quand bien même tous les jours. Un végétarien, qui mange de la viande, reste un végétarien. Si les végétariens progressistes se réjouissent de cette évolution, des végétariens conservateurs de leur côté la contestent, en arguant qu’un végétarien ne peut pas manger de viande : cela est contraire au fondement même de l’idée végétarienne. La réponse de François à ces critiques est de parler d’obscurantisme et d’intolérance. François traite ces végétariens qui veulent demeurer fidèles à la tradition de « végétariens intégristes » et moyenâgeux. Pourtant, dans cet exemple, il est facile de comprendre que ces végétariens « conservateurs » veulent simplement demeurer végétariens. Il ne s’agit ni de fermeture ni de méchanceté mais de pur bon sens : un « végétarien qui mange de la viande », c’est un non-sens. François a beau avoir été élu et être officiellement président de l’association, cela ne lui procure pas le droit de faire ce qu’il veut : il a l’obligation de suivre la finalité de l’association, pas sa finalité à lui. Autrement, quand bien même élu et président, il perd de facto sa légitimité et son autorité.

La comparaison a naturellement des limites mais l’idée demeure dans le cas de l’Église catholique. Le Pape est le Pape et il faut lui obéir, c’est de foi. Cela dit, dans le cas de l’Église catholique aussi : le Pape, une fois élu, n’obtient pas carte blanche pour faire ce qu’il veut. Il doit poursuivre la finalité de l’Église et non une autre, aussi noble soit-elle (la paix dans le monde, par exemple, est fort souhaitable mais n’est pas la finalité première de l’Église). Si le Pape s’écarte de la finalité, peu importe si c'est de bonne foi ou non, a fortiori s’il dit/fait des choses condamnées par ses prédécesseurs, il perd de facto son autorité et sa légitimité. C’est ce que nous vivons aujourd’hui avec le "pape" François, qui est certes matériellement le Pape, mais qui formellement a perdu son autorité car il ne poursuit pas la finalité de l’Église. En conséquence se pose le dilemme : vaut-il mieux manger de la viande afin d’écouter le président ou ne pas suivre le président, pourtant élu de droit, afin de rester végétarien ? Notons que dans le second cas, ça n’est pas la figure du président en général qui pose problème : un président est utile à l’association. Ce qui pose problème, c’est quand le président dévie de sa mission !

Prions donc pour que le bon Dieu vienne remettre de l’ordre dans Son Église, selon Sa volonté !

Retour en haut


L'Infaillibilité du Magistère ordinaire du Pape

l'Infaillibilité du Magistère ordinaire du Pape

Analyse dans la revue Forts dans la Foi, par le RP Barbara - source

Ouvrir le document

Retour en haut