Menu

Saint Nicolas de Flue - en pieds.jpg

La naissance

La famille de Flue, au hameau de Flueli, dans la paroisse de Sachseln (Obwald), s'appelait originairement Leoponti. Ce nom semble désigner une ascendance italienne. Le langage populaire changea ce nom en celui de « von Flüe », dérivé de Flueli ou localité située sur un terrain ou rocher escarpé, ce qui était le cas de la propriété que possédaient les ancêtres de Nicolas.

Le père de notre saint s'appelait Henri de Flue et sa mère Hermanna Robrecht. Ces époux vivaient simplement, partageant leur temps entre la prière et le travail. D'anciens documents font mention du père de Nicolas, comme de l'un des citoyens les plus distingués et les plus riches de Sachseln. Et cependant il n'avait rien de l'orgueil et de la dureté hautaine qui accompagnent parfois la richesse. Ses moeurs étaient simples et son coeur grand ouvert à la charité. Pauvres et indigents trouvaient toujours porte et main ouvertes à la ferme hospitalière des de Flue. C'est dans le sein de cette famille si chrétienne que le petit Nicolas vit le jour, le 21 mars 1417, en la fête de saint Benoît.

Le baptême

Les registres paroissiaux de Sachseln attestent que, dès son berceau, l'enfant fut prévenu de bénédictions célestes. Avant sa naissance déjà, il vit, dit-on, au ciel une grande étoile, qui éclairait toute la terre : image d'une âme appelée à éclairer toute la terre par sa sainteté. L'église venait de vivre des jours bien sombres. Déchirée par les hérésies de Jean Wiclef et de Jean Huss, elle avait souffert beaucoup aussi du grand schisme d'Occident. Pour calmer les esprits et panser les blessures, il faut, dans des circonstances semblables, des hommes de paix comme devait l'être l'enfant qui naquit le 21 mars 1417. Ses pieux parents s'empressèrent de le faire renaître à la vie de la grâce et de la foi chrétienne. L'église paroissiale de Sachseln étant fermée à la suite d'un meurtre et le curé étant mort, le nouveau-né fut baptisé dans une église voisine, celle de Kerns et reçut le nom de Nicolas. Aux fonts baptismaux, il eut, selon une tradition, connaissance de tous ceux qui assistaient à la cérémonie, du prêtre, des parrain et marraine, et d'autres personnes ...

L'enfance et la jeunesse

Nicolas fut le plus charmant enfant qu'on pût voir, fidèle à observer les avis et les exemples de ses parents. La paresse et les caprices lui étaient inconnus. Jamais on ne remarqua en lui rien de puéril. N'eût été son âge encore bien tendre, on l'eût pris pour un homme fait, tant il y avait de virilité dans son caractère. Alors que ses compagnons d'enfance ne rêvaient que friandises, Nicolas jeûnait deux fois par semaine, et plus tard même quatre fois. Son abstinence était bien plus rigoureuse encore pendant le carême. II ne faisait alors usage d'aucun aliment cuit ou chaud, se contentant une fois le jour de poires sèches ou d'un peu de pain sec. A l'âge où d'autres recherchent l'oisiveté et les amusements frivoles, lui cherche les lieux écartés et solitaires pour se livrer à la prière, qu'il chérissait de tout son cœur. Qui l'eût vu en ces moments, eût été frappé de sa ferveur. Son maintien extérieur à l'église, comme à la maison durant la prière en famille, trahissait les élans enflammés de son âme. Cependant sa dévotion fervente et son amour de la solitude ne lui faisaient négliger aucun des devoirs de l'obéissance et du travail. Seulement, pendant que ses bras étaient à l'œuvre, son esprit s'élançait vers Dieu. Il réalisait ainsi l'avertissement du Maître : « Il faut toujours prier. » Passant un jour par la vallée pittoresque du Melchtal, non loin de sa maison paternelle, il aperçut sur une hauteur une tour élancée, qui montrait le ciel comme un indicateur ; longtemps, il la contempla et son âme fut saisie d'un indicible attrait pour la solitude. Inutile d'ajouter que le jeune Nicolas était un modèle de respect et d'obéissance envers ses parents. Aussi chacun l'estimait et l'aimait, car il se montrait doux et affable envers tout le monde.

La vocation

Les enfants recevaient de leurs parents l'instruction nécessaire. Le soir, lorsque la nuit avait ramené les laboureurs à la maison, après le repas de famille, voisins et amis se groupaient dans la chambre de ménage pour parler politique et discuter des intérêts du pays. Ce fut sans doute à cette école que le jeune Nicolas apprit à chérir sa patrie et qu'il sentit naître en lui cet ardent amour de la paix qui devait faire de lui plus tard le pacificateur de la Suisse.

Mais auparavant Dieu devait le conduire par d'autres voies ; il était appelé à fonder un foyer. On aurait pu croire qu'un homme aussi dévot et aussi mortifié allait devenir religieux ou même prêtre. Et bien ! non ; la Providence voulait faire de Nicolas le modèle du père de famille chrétien.

Parmi les jeunes filles de son village, il en est une qui brille par sa modestie et sa piété ; elle se nomme Dorothée Wyzling ; c'est elle que choisit Nicolas. Rien de léger, rien de déréglé dans leurs fréquentations, car le souvenir de la présence de Dieu les pénètre tous deux.

Le père de famille

Jamais mariage ne fut plus heureux ; c'était à qui surpasserait l'autre en amour, en pureté, en vertu. Nicolas ne perdit donc rien dans le mariage de la charité qu'il avait pour son Dieu ; au contraire, son nouvel état semblait avoir acquis au Christ deux coeurs pour l'aimer. « Nicolas eut même bientôt plusieurs autres coeurs pour l'aider à aimer Dieu », car de nombreux enfants naquirent de son mariage, cinq garçons et cinq filles. Deux moururent en bas âge ; ce furent deux petits anges, protecteurs de la famille près du trône de Dieu.

Saint Nicolas de Flue - ferme.jpg

Nicolas fut guidé visiblement par la main de Dieu dans l'éducation de ses enfants. « Il a élevé des enfants semblables à lui par leur vie, leurs moeurs et leurs vertus », nous disent ses historiens. Travail et prière, telle était la consigne. Avec cela, beaucoup de bonté, de douceur, de support mutuel. Les loisirs que laissait le travail des champs étaient partagés entre d'honnêtes délassements et des entretiens édifiants. Le père n'abandonna rien de ses pratiques de piété et de mortification. Il donna toujours à sa famille l'exemple de la plus haute perfection. Jean, son fils aîné, nous assure que son père se levait chaque nuit pour prier ; que ses travaux à la campagne commençaient et finissaient par l'oraison. Voici quelques-unes de ses prières favorites : « O Seigneur, enlevez tout ce qui m'éloigne de vous ! — O Seigneur, faites-moi don de ce qui mène à vous ! — O Seigneur, enlevez-moi à moi-même et donnez-moi tout à fait à vous !»

Une vie aussi sainte que celle de Nicolas ne devait pas faire le compte du démon, ce grand ennemi des âmes. Aussi, nombreux furent les assauts et les tentations qu'eut à subir cet homme de Dieu. Toujours il en triompha par la prière. Un jour que l'un des enfants de Nicolas accourait vers son père en disant que le démon voulait le dévorer, il lui répondit tranquillement : « N'aie pas peur, mon enfant ; le démon ne peut qu'aboyer, il ne peut pas mordre. Si son désir de nous nuire est grand, son pouvoir est petit. »

Le soldat

Le meilleur chrétien est aussi le meilleur citoyen et le meilleur soldat. Nicolas de Flue fut appelé sous les armes. Trois fois, le jeune Nicolas fut appelé sous les armes: une première fois, en 1436, dans la guerre de Zurich contre les petits cantons ; une seconde fois, en 1443, dans la guerre contre Zurich, alliée de l'Autriche ; et enfin, une troisième fois, en 1460, dans la guerre de Thurgovie. De pareilles dissensions, entre enfants d'un même pays, sont particulièrement odieuses et éveillent dans le coeur du jeune soldat des sentiments douloureux. Nicolas fit son devoir par obéissance, et le fit bravement, tantôt comme porte-enseigne, tantôt à la tête d'une compagnie de cent hommes. Sous l'habit militaire, il eut garde de souiller le vêtement précieux de la grâce sanctifiante. Il se battit comme il priait, avec une ardeur qui tenait de d'enthousiasme, d'une main tenant son épée, de l'autre son chapelet ; à cette époque, chacun portait un chapelet à la ceinture. Pendant que ses compagnons d'armes passaient les moments de trêve en amusements inutiles ou dangereux, Nicolas se retirait dans une église ou quelque endroit solitaire ; là il passait de longues heures à prier, à méditer sur les grandes vérités de la religion, et la retraite entretenait à souhait l'intime paix de son âme.

Brave au combat, Nicolas se montrait bon et compatissant envers les vaincus et il ne manqua jamais l'occasion de recommander aux siens la modération dans la victoire. Dans la guerre contre l'Autriche, lors de la prise de Diessenhofen, un grand nombre de soldats autrichiens s'étaient réfugiés dans le couvent des Dominicaines du Val de Sainte-Catherine (Katharinenthal). Les Suisses tinrent conseil et décidèrent de mettre le feu au couvent pour obliger les Autrichiens à prendre la fuite. En cette circonstance, Nicolas se distingua par sa fermeté et par sa douceur. Il alla trouver les chefs et plaida avec force la cause de la communauté menacée, leur représentant l'impossibilité où se trouvaient les ennemis de s'y maintenir encore longtemps, et leur présageant que de ce couvent sortiraient un jour d'illustres modèles de vertu.

Ses prières et ses supplications ébranlent la résolution des chefs. Il court alors sur le théâtre de l'incendie déjà commencé et, au péril de sa vie, il s'oppose aux ravages du feu, arrache les torches des mains des soldats et sauve d'une ruine imminente cette maison de Dieu qui, plus tard, maintint sa haute réputation de sainteté et conserva longtemps avec reconnaissance le religieux souvenir de son sauveur. En 1873, après une longue existence, le célèbre couvent fut occupé par le gouvernement de Thurgovie, qui en fit un asile de vieillards.

Le magistrat

Un homme d'une telle sagesse et d'une si grande équité ne pouvait rester ignoré en temps de paix. Ses concitoyens lui donnèrent bien vite leur confiance et prirent conseil de lui dans les affaires délicates. Nicolas n'ambitionna aucune charge publique ; il désirait mener une vie cachée en Dieu et se consacrer à sa famille. Toutefois, pour répondre aux voeux du peuple, il accepta la charge de juge et de conseiller cantonal. Dans l'exercice de ses fonctions, il ne rechercha que le plus grand bien du peuple et l'honneur de Dieu ; comme juge, il s'inspira de la plus stricte justice, qu'il savait tempérer par une bonté toute paternelle. Quand survenait quelque différend entre deux habitants du village, il les appelait chez lui et jugeait séance tenante. A celui qui succombait, il donnait ordinairement quelques beaux fruits de son jardin comme consolation. Le curé Henri Imgrund, son ami et son directeur de conscience, a révélé après sa mort ce qu'il lui avait dit un jour au sujet de sa carrière de magistrat : « J'ai reçu de Dieu en partage un esprit droit ; j'ai été souvent consulté dans les affaires de ma patrie ; j'ai aussi prononcé beaucoup de sentences ; mais, grâce à Dieu, je ne me souviens pas d'avoir agi en quelque chose contre ma conscience. Je n'ai jamais fait acception de personnes et je ne me suis jamais écarté des voies de la justice. » La haute dignité de landamann lui fut offerte par ses concitoyens à plusieurs reprises; mais Il craignit cette grande responsabilité et la refusa toujours. Les honneurs publics ne purent jamais le distraire du travail de sa sanctification personnelle et du soin de sa famille.

S'il faut en croire le récit d'anciens biographes, un incident judiciaire aurait déterminé Nicolas à se démettre de ses fonctions publiques. Dans une cause qui avait été portée devant les juges, ceux-ci firent preuve d'une telle partialité que, malgré l'intervention énergique de Nicolas, une sentence manifestement injuste fut prononcée. Le saint homme se souvint alors des jugements de Dieu, par qui tous les procès de la terre seront revisés en toute justice et en toute équité. Sa décision fut aussitôt prise : il renonça à ses fonctions de juge.

Une vocation divine

Nicolas, époux et père de famille, sentait que Dieu lui avait réservé quelque chose de plus grand que les honneurs de la terre. Dès sa plus tendre jeunesse, il avait ressenti un attrait particulier pour la solitude, et à mesure qu'il avança dans la vie, il médita de plus en plus ce genre de vie plus parfait, vers lequel Dieu semblait lui frayer le chemin. Un jour qu'il faisait paître son troupeau dans un vallon, il se mit à prier ; son esprit, ravi en extase, eut plusieurs visions. Il vit sortir de sa bouche un lis éclatant de beauté et répandant une suave odeur. Cette fleur s'éleva jusqu'au ciel. Tandis qu'il prenait plaisir au parfum et à la beauté de la fleur, son troupeau vint à lui en bondissant, avec, au milieu, un cheval superbe, qui, s'approchant, lui tira le lis de la bouche. Nicolas reconnut par là que son trésor était dans le ciel, mais que les biens et les joies célestes lui seraient enlevés, si son cœur restait attaché aux choses de la terre. — Il entendit une autre fois, au milieu d'un pâturage désert, un harmonieux concert de voix, lorsque tout à coup parut un vénérable vieillard, chantant, qui lui demanda l'aumône, puis disparut après l'avoir refusée en remerciant. Nicolas étendit ses bras vers Dieu et, soupirant, il s'écria : « Tu ne veux donc pas mon bien, tu me veux moi-même ! »

Une autre fois, il aperçut un superbe palais avec une fontaine, d'où coulaient le vin, l'huile et le miel. Il fut invité à boire, ce qu'il fit avec un indicible plaisir. D'autres aussi reçurent la même invitation ; mais comme dans l'Evangile, ils s'excusèrent prétextant leurs affaires ou leur négoce. Cette vision le fit réfléchir ; il vit alors venir à lui trois hommes d'un extérieur pareil et vénérable et dont les manières et les discours ne respiraient que la vertu. L'un d'eux commença ainsi à l'interroger: «Dis-nous, Nicolas, veux-tu te remettre corps et âme en notre pouvoir ? — je ne me donne à personne d'autre, répondit-il, qu'au Dieu tout-puissant, que j'ai longtemps désiré servir de mon âme et de mon corps. » A ces mots, les étrangers se tournèrent l'un vers l'autre en souriant, et le premier reprit : « Puisque tu t'es donné tout entier à Dieu et que tu t'es engagé à lui pour jamais, je te promets que, dans la soixante-dixième année de ton âge, tu seras délivré de toutes les peines de ce monde. Reste donc ferme dans ta résolution et tu porteras dans le ciel une bannière victorieuse au milieu de la milice divine, si tu as porté avec patience la croix que nous te laissons. » L'homme de Dieu était à se demander comment il pourrait vaincre les difficultés qui s'opposaient à la réalisation de son dessein, lorsque, dans le courant de l'été, il entendit une voix d'en-haut lui dire : « Nicolas, tu cherches avec anxiété comment tu pourrais te donner exclusivement au bon Dieu. Par tes seules forces, tu ne le peux pas ; tourne-toi vers Dieu, car rien ne lui est plus agréable qu'une résignation volontaire. Quitte tout ce qui t'est cher, et tu verras que Dieu aura soin de toi. » Dès lors, sa résolution est prise ; il quittera le monde pour s'ensevelir dans la solitude. Mais il est père de famille ; il aime ses enfants et ceux-ci lui sont très attachés ; il est époux et les liens du mariage sont indissolubles. Ce n'est donc pas sans une grande crainte qu'il communique son pieux projet à son épouse. Celle-ci verse d'abord d'abondantes larmes et demande quelques jours pour réfléchir à ce qu'elle vient d'apprendre. Reconnaissant alors la volonté de Dieu, elle fait, avec l'héroïsme d'une femme vraiment chrétienne et pour l'amour de Jésus-Christ, le sacrifice qu'on demande d'elle ; elle donne son consentement avec une sainte résignation. Pour les grands sacrifices, Dieu donne de grandes grâces.

Saint Nicolas de Flue - départ.jpgNéanmoins la séparation fut cruelle. Nicolas régla ses affaires. Libre alors de tous ses liens, le 16 octobre 1467, il réunit les siens et leur fit ses adieux. Il se présenta devant eux la tête et les pieds nus, revêtu d'une longue robe de pèlerin, le bâton et le chapelet à la main. II les exhorta à vivre toujours dans la crainte de Dieu, dans l'amour et la concorde. Il leur demanda pardon et leur promit, en retour du grand sacrifice qu'ils acceptaient, les plus abondantes bénédictions célestes et un éternel revoir auprès de Dieu. La petite assemblée pleurait. Nicolas embrassa son épouse, ses enfants, son vieux père septuagénaire et quitta sa maison dans laquelle il ne devait plus jamais rentrer. « Quiconque, dit le Sauveur, met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas digne du royaume des cieux. »

A la recherche d'un ermitage

Où dois-je aller ? Telle est la question que se pose Nicolas, comme autrefois saint joseph partant pour l'Egypte. A qui fait son devoir, Dieu ne fait jamais défaut. Nicolas se mit paisiblement en route ; il ne voulait pas rester dans son pays, craignant de devenir un sujet d'étonnement, de scandale même pour ses compatriotes. Il prit donc la direction du Jura et de l'Alsace, et arriva ainsi aux limites de la Confédération, sur les hauteurs du Hauenstein, d'où il aperçut la ville de Liestal. Il s'en détourna, car cette ville lui apparut comme en flammes. Dans une localité voisine, il rencontra un paysan auquel il fit part de sa résolution, en le priant de lui indiquer un lieu retiré où il pût la mettre à exécution. Cet homme de bien trouva le projet bon et louable, mais lui conseilla de rentrer dans sa patrie, pour ce motif que des Confédérés n'étaient pas toujours bien accueillis partout ; on pourrait, ajouta-t-il, le voir de mauvais oeil à Bâle ou ailleurs, et troubler sa retraite ; il y avait du reste assez de déserts en Suisse, pour y servir Dieu en paix. Le frère Nicolas remercia le bon paysan et reprit le même soir le chemin de son pays. Il passa la nuit dans un champ, en plein air, et pria Dieu de l'éclairer sur le but de son pèlerinage. S'étant endormi, il entrevit une vive clarté partant du Hauenstein et se dirigeant vers les montagnes de l'Unterwald ; il lui semblait qu'une secrète impulsion le ramenait vers sa patrie. Cette clarté surnaturelle pénétra tout son intérieur, et le fit souffrir comme s'il avait senti le tranchant d'un glaive dans ses entrailles. Depuis ce jour jusqu'à sa mort, il ne prit plus aucune nourriture.

Le lendemain, Nicolas se remit en route, guidé par la clarté surnaturelle qui lui était apparue en songe, et se dirigea vers la vallée qu'il avait vue pendant son sommeil et où il avait une propriété, prés de Klysteralp. II s'y arrêta et y séjourna quelques jours, priant et méditant les choses divines, ayant pour lit quelques branches de houx, et pour coussin un fragment de rocher. Mais voici que des chasseurs découvrirent la demeure de l'ermite. Ils en parlèrent à son frère, Pierre de Flue, qui vint le supplier de rentrer dans sa maison, où on lui aménagerait une petite cellule afin qu'il pût suivre l'appel de Dieu. Pour n'avoir pas d'air de tenter la Providence, Nicolas fit appeler secrètement un prêtre vénérable, Oswald Isner, curé de Kerns, de qui il prit conseil. Lorsque le prêtre vit sa mine de santé conservée malgré ces grandes fatigues et l'abstention de toute nourriture, il comprit que le doigt de Dieu était là et lui conseilla de persister dans cette épreuve aussi longtemps qu'il pourrait la supporter sans danger de mort.

Saint Nicolas de Flue - RanftA quelque temps de là, Dieu indiqua à nouveau à l'ermite, par un rayon de lumière surnaturelle, un refuge moins accessible aux hommes, dans une gorge obscure appelée le Ranft. Ce fut là que Nicolas se construisit une hutte de branchages qu'il entoura d'épais taillis.

Mais le lieu de sa nouvelle retraite ne tarda pas à être connu dans la contrée. On en parla; les uns prirent la chose au sérieux ; d'autres parlèrent d'illusion ; quelques-uns émirent des doutes sur les intentions de Nicolas ; en un mot, chacun y alla de sa petite remarque... Peu à peu, le doute se changea en admiration pour le saint homme de Dieu. Celui-ci ne demeura qu'une année dans sa cabane faite de broussailles. Une assemblée générale du canton décida de lui bâtir une habitation avec une chapelle. Cet ermitage subsiste encore ; petite et étroite, la chambre ne mesure que six pieds de hauteur ; avec sa haute stature, Nicolas ne pouvait pas s'y tenir debout. Trois fenêtres y étaient aménagées : l'une donnant sur l'autel de la chapelle ; la seconde recevant la lumière du jour, et la troisième permettant à l'ermite de s'entretenir avec les visiteurs.

C'est là, dans cette solitude paisible du Ranft, à un quart d'heure de sa maison, que le solitaire passa les vingt dernières années de sa vie, jeûnant et priant, n'ayant pour lit qu'une planche nue et pour oreiller une pierre du torrent. L'endroit qu'il aimait par-dessus tout, c'était la petite chapelle, son paradis sur terre. Elle fut consacrée et dotée par l'évêque de Constance. Des princes et des rois se plurent ensuite à l'enrichir de fondations, afin d'y établir une chapellenie pour que le pieux ermite pût entendre la sainte messe chaque jour. L'archiduc d'Autriche lui-même, Sigismond, fit un don généreux au sanctuaire. En reconnaissance Nicolas lui accorda ses prières, et, la même année, la paix fut conclue entre l'Autriche et la Suisse. En l'année 1470, le pape Paul II accorda une indulgence plénière aux visiteurs de la chapelle. Le premier chapelain fut Pierre Bachtaler, témoin et admirateur de la sainteté de l'Ermite du Ranft.

Dans la solitude

Lorsque Nicolas eut accompli le grand sacrifice qui le détachait de tous les biens de la terre, il sentit naître dans son coeur une « paix ineffable que le monde ne peut pas donner ».

Saint Nicolas de Flue - trinite.jpgAprès un court repos sur la dure planche qui lui servait de lit, peu après minuit, il quittait son oreiller de pierre et commençait sa prière et son oraison qui se continuaient durant toute la journée. Son âme si pure, tout illuminée des grâces d'en-haut, pénétrait bien avant dans les mystères de la foi et jusque dans les profondeurs de la sainte Trinité, mystère dont il eut une révélation particulière. Son coeur s'attendrissait jusqu'aux larmes à la contemplation des plaies du divin Crucifié. A lui qui savait à peine lire, la croix, comme un livre ouvert, enseignait la pratique de la vertu et de la perfection. Il compatissait aux souffrances du divin Sauveur et de sa très sainte Mère ; il se livrait à la mortification, à la prière et au jeûne pour les pauvres pécheurs. Son oraison était un acte perpétuel d'amour, d'amour confiant et pur, une sorte d'extase.

L'après-midi, le pieux ermite recevait la foule des visiteurs qui voulaient s'entretenir avec lui. La renommée de sa sainteté s'était répandue au loin. Les biographes racontent que les pèlerins se rendant à Einsiedeln passaient aussi au Ranft pour y chercher conseil et réconfort. On vit venir dans cette mystérieuse retraite des évêques et autres personnages illustres, de savants théologiens, tout comme des gens du peuple, pour confier leurs peines au Frère Nicolas, se recommander à ses prières et s'inspirer de ses conseils. I1 se montrait plein de bonté envers chacun ; « de sa bouche coulaient des paroles plus douces que le miel ». Mais aussi, sa vie austère et mortifiée, comme celle de Jean-Baptiste, prêchait éloquemment la pénitence. Avec une noble franchise et une sainte indépendance, il rappelait à tous, même aux prêtres et aux magistrats, leurs devoirs. A cette époque, de graves désordres sévissaient dans la société, et même dans l'Eglise. Nicolas qui s'était toujours montré très respectueux envers les prêtres et les magistrats, recommandait à ses visiteurs le respect et l'obéissance envers l'autorité religieuse et civile. Lorsqu'il avait à parler de certains prêtres indignes, il disait : « La plante qui reçoit l'eau du rocher ne s'enquiert pas si l'eau coule par un tuyau de plomb ou d'argent. De même, vous recevez des bons comme des mauvais prêtres la même grâce de Dieu, pourvu que vous y soyez convenablement préparés.»

Le Sauveur de la patrie

Après avoir héroïquement résisté à toute la puissance de Charles le Téméraire et de ses alliés sur les champs de bataille de Grandson, de Morat et de Nancy, les Suisses, jusqu'alors si pleins de foi et de prudence, allaient malheureusement se diviser au milieu des joies enivrantes de la victoire. Pendant et après les guerres de Bourgogne, nos ancêtres avaient pris le goût des richesses, de la conquête et de la vie facile ; l'antique simplicité avait disparu. Les bonnes moeurs avaient grandement souffert un peu partout. Dans l'espace de trois mois, 1500 criminels avaient été condamnés par les tribunaux, et une bande de plusieurs milliers d'aventuriers semaient la terreur dans le pays.

Le Frère Nicolas reçut dans son ermitage les premiers magistrats du pays qui venaient à lui pour obtenir des avis ou des conseils. Il leur répondait avec une noble franchise : «Confédérés, gardez-vous de la désunion ; bannissez tout esprit de parti; c'est la perte d'un Etat. Ne cherchez pas à étendre vos frontières et à faire de nouvelles conquêtes. Méfiez-vous de l'esprit de lucre, et ne vous laissez pas aveugler par l'or étranger. Pas de guerre sans nécessité. Si l'on vous attaque, levez-vous pour vous défendre et pour sauver votre patrie et votre liberté.»

Après les guerres de Bourgogne, la Suisse, alors à l'apogée de sa renommée guerrière, se trouva tout à coup à deux doigts de sa perte. Le partage du butin et la question de l'admission de Fribourg et de Soleure dans la Confédération faillirent rompre l'ancienne amitié et jeter les confédérés dans la guerre civile. La diète fédérale était réunie à Stans, mais l'accord ne pouvait s'établir entre les députés. La diète allait donc se dissoudre et l'on ferait appel aux armes. Alarmé de la situation, le curé de Stans, Henri Imgrund, se rend en toute hâte à la cellule du saint ermite, et le supplie, au nom de Dieu, de sauver la patrie. Le salut vint d'une manière inattendue ; le message du Ranft, apporté par le curé Imgrund, fut comme une illumination d'en haut et rétablit le calme et la paix ; le Convenant de Stans fut arrêté le 22 décembre 1481. Par un vote unanime, Fribourg et Soleure furent reçus au nombre des cantons confédérés.

De toutes parts, le Bienheureux reçut des remerciements. Récemment encore, en 1917, le Conseil fédéral, en ordonnant la sonnerie des cloches dans toute la Suisse, fit reconnaître en Nicolas de Flue, l'homme de la prière, comme. le sauveur de la patrie. Son portrait a une place d'honneur au palais fédéral à Berne. Au commencement de la première guerre mondiale, l'Abbé d'Einsiedeln fit le voeu solennel de placer un ex-voto dans la Sainte Chapelle de son église en l'honneur du Bienheureux, si la Suisse était épargnée. La Suisse fut épargnée et la pieuse promesse accomplie. Après Dieu et la Sainte Vierge, c'est bien au saint ermite du Ranft que notre patrie doit l'insigne faveur d'avoir conservé la paix pendant les deux dernières guerres si meurtrières.

Mort du Bienheureux

Saint Nicolas de Flue - mort.jpgDieu avait prédit à Nicolas « qu'arrivé à l'âge de soixante-dix ans, il serait délivré de toutes peines et introduit dans le ciel. » Riche en bonnes oeuvres devant Dieu et devant les hommes, Frère Nicolas approchaient maintenant de sa soixante-dixième année. Au printemps de 1487, le 21 mars, jour anniversaire de sa naissance, après huit jours d'une cruelle maladie, en proie à d'horribles douleurs qu'il supportait avec une patience surhumaine, Nicolas sentit sa fin s'approcher. Il demanda avec la plus grande piété le Pain céleste de l'Eucharistie. Le curé de Stans lui apporta le saint Viatique. A la vue de son Dieu, Nicolas tendit ses bras à demi glacés, communia avec une indicible ferveur et s'abîma dans une muette action de grâces. Il prit ensuite la main de sa femme et de ses enfants, qu'il plaça sur son coeur ; celle du curé de Stans, qu'il approcha de ses lèvres ; puis il s'affaissa, regarda le ciel et mourut.

A la nouvelle de cette mort, une douleur profonde, un deuil général se répandirent dans la Suisse : on eût dit des enfants qui venaient de perdre un père chéri. Le lendemain, tous les prêtres des environs se réunirent pour célébrer les funérailles du défunt. Plusieurs milliers de villageois accompagnèrent en grande pompe le corps, au milieu des chants et des prières, à l'église de Sachseln, où il fut enseveli dans le tombeau de ses aïeux. Tous les cantons organisèrent pour le Père et le Pacificateur de la Patrie de solennels services funèbres. Sigismond, archiduc d'Autriche, se distingua entre tous. Il fit aussi célébrer un Requiem le plus solennel possible, accompagné de cent messes pour les défunts.

Le 21 mars 1518, Benoît de Montferrand, évêque de Lausanne, fit placer les restes mortels du Frère Nicolas dans un sépulcre de marbre, entouré d'une grille de fer.

Quand on procéda à l'exhumation, un doux parfum s'exhala de ces restes vénérés. En 1600, l'église paroissiale de Sachseln fut agrandie et remplacée, en 1672, par l'église actuelle. Les restes vénérés du saint ermite y sont conservés aujourd'hui dans un gisant ou statue-reliquaire en argent placé sur l'autel principal. C'est là qu'ils attendent le jour triomphant de la résurrection.

 

 

D’après la « Vie de Saint Nicolas de Flue » par O. Knecht, curé

Traduit par J. Morel, chanoine.

Fribourg 1946