Menu

statue-1276840_1920.jpg

Les antiennes mariales sont chantées à la fin de certains offices de la liturgie des heures, comme les complies. Ces antiennes à la Vierge appartiennent au répertoire du chant grégorien, et sont généralement chantées a capella et à une seule voix. A l’oratoire Saint Nicolas de Flüe, nous avons l’habitude de chanter les antiennes mariales à la fin de chaque Sainte Messe. Traditionnellement, l'antienne mariale est différente suivant les temps liturgiques. Il y en a quatre :

Alma Redemptoris Mater

(depuis les vêpres du samedi avant le 1er dimanche de l’Avent jusqu’aux vêpres du 2 février inclusivement)

Partition

Traduction française

Auguste Mère du Rédempteur,
porte du ciel, toujours ouverte,
étoile de la mer,
secourez un peuple qui tombe
et qui travaille à se relever.
Vous qui, au grand étonnement de la nature,
avez enfanté votre Créateur;
Vierge avant comme après l'enfantement,
recevant le salut de Gabriel,
ayez pitié des pécheurs.

 

Ave Regina caelorum

(des complies du 2 février au mercredi-saint inclusivement)

Partition

Traduction française

Salut, Reine des cieux! Salut, Souveraine des Anges!
Salut, Tige de Jessé! Salut, Porte d'où la lumière s'est levée sur le monde!
Réjouissez-vous, ô Vierge glorieuse, qui l'emportez sur toutes en beauté!
Adieu, ô toute belle, et priez le Christ pour nous.

 

Regina caeli

(depuis les complies du samedi-saint jusqu’à None du samedi après la Pentecôte inclusivement)

Partition

Traduction française

Reine du ciel, réjouissez-vous, alleluia!
Car celui que vous avez mérité de porter, alleluia,
Est ressuscité comme il l'a dit, alleluia.
Priez Dieu pour nous, alleluia.

 

Salve Regina

(des complies de la Trinité jusqu’à None du samedi avant le 1er dimanche de l’Avent)

Partition

Traduction française

Salut, ô Reine, Mère de miséricorde,
notre vie, notre douceur et notre espérance, salut.
Enfants d'Eve, exilés, nous poussons vers vous nos cris de détresse.
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
De grâce donc, ô notre avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux.
Et après cet exil faites-nous voir Jésus le fruit béni de votre sein.
O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.