Ligue Saint Amédée     Mieux vaut une petite œuvre dans la Vérité, qu'une grande dans l'erreur.

 


4 novembre : prière de Saint Charles Borromée
14 novembre : maxime de Saint Stanislas Kostka
16 novembre : prière à Sainte Gertrude
16 novembre : prière de Sainte Gertrude à Marie
27 novembre : supplique de la Médaille Miraculeuse
29 novembre-7 décembre : neuvaine à l'Immaculée Conception


Saint Charles Borromée
  4 novembre : prière de Saint Charles Borromée

Au nom de la Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit,
moi, infortuné et misérable pécheur, je proteste, en votre présence, ô Saint Ange de Dieu, mon fidèle gardien :
que je veux mourir en la seule vraie Foi que tient et enseigne la Sainte Église Catholique, Apostolique, Romaine, dans laquelle sont morts tous les Saints, et hors de laquelle il n’y a point de salut.
Je proteste encore, ô mon saint Ange, qu’aidé et soutenu de votre protection, je veux sortir de cette vie animé d’une grande confiance en la miséricorde de Dieu.
Pareillement, ô bienheureux Ange, que j’ai un grand désir, malgré l’énormité de mes crimes, de participer aux mérites infinis de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dont la tendresse et la miséricorde ne rebutent jamais personne.
Enfin, ô mon très cher et très sage gardien, je proteste que je vous constitue l’exécuteur de ma dernière volonté.
Obtenez-moi, je vous prie, de mon Dieu, ces trois dernières grâces : la première, que je ne sorte pas de cette vie sans avoir reçu dignement les sacrements de l’Église ; la seconde, que Notre-Seigneur Jésus-Christ daigne alors adoucir et calmer les douleurs de mon âme, par une de Ses larmes, par un de Ses soupirs qu’Il a laissé échapper sur la croix ; et que Sa très douce Mère, abaissant sur moi un de ces tendres regards qu’elle porta du pied de la croix sur Son divin Fils expirant, daigne m’admettre au nombre de ceux qui, sous Sa protection, obtiennent l’éternelle récompense au jour de la justice ; la troisième enfin, est que vous, mon saint Ange et fidèle gardien, vous daigniez me secourir à cette dernière heure où mon âme se séparera de son corps, et que vous lui rendiez favorable Jésus-Christ mon juge, dont le cœur était embrasé sur la croix d’un si ardent désir pour le salut des pauvres pécheurs.
Regardez donc mon âme comme vous étant toute confiée, ô mon très tendre gardien ; et au sortir de la prison de son corps, daignez la remettre entre les mains de son créateur et rédempteur, afin qu’avec vous et avec tous les saints du ciel, elle puisse jouir de Sa présence, L’aimer parfaitement et Le posséder pleinement pendant toute l’éternité. Ainsi soit-il.

Retour en haut
 
 
Saint Stanislas Kostka
  14 novembre : maxime de Saint Stanislas Kostka

« Je mets ma gloire à faire la volonté de Dieu et à conserver l'inappréciable trésor de ma vocation. »

Retour en haut
 
 
Sainte Gertrude
  16 novembre : prière à Sainte Gertrude

Grâces soient rendues au Seigneur Dieu, source de tous les vrais biens, par tout ce qui est renfermé dans l’étendue des cieux, les limites de la terre et les profondeurs de l’abîme. Que tous les êtres chantent en Son honneur cette louange éternelle, immense, immuable, qui, procédant de l’Amour incréé, ne s’achève parfaitement qu’en Lui. Louanges pour la plénitude débordante de cette tendresse divine qui, dirigeant Son cours impétueux vers la vallée de notre humaine fragilité, a jeté sur Gertrude, parmi toutes les autres, un regard de prédilection, à cause de ses propres dons par lesquels le Seigneur l’avait attirée à Lui.

Seigneur, je Vous loue et Vous rends grâces pour tous les bienfaits dont Vous avez comblé Votre servante Gertrude, je Vous loue par cet amour qui vous a fait la choisir de toute éternité pour une grâce si spéciale, l’attirer à Vous si suavement, l’unir à Vous par une telle familiarité, trouver en elle vos complaisances et Vos joies, enfin consommer si heureusement sa vie.

Je Vous offre, Seigneur, cette prière de dévotion en union avec l’amour qui Vous a fait descendre du ciel sur la terre et accomplir toute Votre œuvre de la rédemption des hommes ; en union aussi avec l’amour qui Vous fit endurer la mort, puis offrir celle-ci au Père avec tout le fruit de Votre très sainte Humanité. Ainsi soit-il.

source : Prieuré de Bethléem

Retour en haut
 
 
Sainte Gertrude
  16 novembre : prière de Sainte Gertrude à Marie pour réparer nos négligences

Je Vous offre, ô Mère sans tache, en réparation pour toutes mes négligences, le Cœur très noble et très doux de Jésus-Christ. Seul, en effet, ô Marie, ce Cœur si glorieux et qui renferme en lui tous les biens, peut Vous présenter la somme de tout ce qui existe de plus désirable, de tout ce que la dévotion de chaque homme et l’ardeur de ses prières peuvent témoigner d’honneur à Votre divine maternité.

source : Prieuré de Bethléem

Retour en haut
 
 
Médaille Miraculeuse
  27 novembre : supplique de la Médaille Miraculeuse

À réciter idéalement vers 17h30

Ô Vierge Immaculée, qui, nous le savons, êtes toujours et partout disposée à exaucer les prières de Vos enfants exilés en cette vallée de larmes, nous savons aussi que certains jours et à certaines heures il Vous plaît plus particulièrement de répandre plus abondamment les trésors de Vos grâces. Nous voici donc, ô Marie, prosternés à Vos pieds, justement en ce jour bénit et à cette heure bénite choisis par Vous pour la manifestation de votre Médaille.

Nous venons à Vous remplis d’une immense gratitude et d’une confiance illimitée, à cette heure qui Vous est si chère, pour Vous remercier du grand don que Vous nous avez fait en nous donnant votre image comme témoignage d’affection et garantie de Votre protection. Nous Vous promettons de notre côté et selon Votre désir, de faire de Votre sainte Médaille notre compagne inséparable ; elle sera le signe de Votre présence auprès de nous ; elle sera le livre sur lequel nous apprendrons combien Vous nous avez aimés et ce que nous devons faire pour que tant de sacrifices, les Vôtres et ceux de Votre divin Fils, ne soient pas inutiles. Oui, Votre Cœur transpercé représenté sur la Médaille reposera toujours sur le nôtre et le fera battre à l’unisson du Vôtre. Il l’enflammera d’amour pour Jésus et lui donnera les forces pour porter chaque jour notre propre croix derrière Lui.

Cette heure est la Vôtre, ô Marie, l’heure de votre bonté intarissable, de Votre miséricorde triomphante, l’heure à laquelle Vous avez fait jaillir au moyen de Votre Médaille, ce torrent de grâce et de prodiges qui inonda la terre. Faites, ô notre Mère, que cette heure où, rappelez-Vous, la douce tendresse de Votre Cœur Vous poussa à venir nous visiter et à nous apporter le remède de tant de maux, faites que cette heure soit aussi la nôtre, l’heure de notre sincère conversion, et l’heure du plein exaucement de nos vœux.

Vous qui avez promis précisément en cette heure bénite à ceux qui les demanderaient avec confiance, que grandes seraient les grâces accordées, tournez Vos regards bienveillants vers nous qui Vous supplions. Nous ne méritons pas Vos grâces, nous le confessons, mais à qui aurions-nous recours sinon à Vous qui êtes notre Mère, Vous, entre les mains de laquelle Dieu a remis toutes ses grâces ? Ayez donc pitié de nous. Nous Vous le demandons par Votre Immaculée Conception et par l’amour qui Vous poussa à nous donner Votre précieuse Médaille.
Ô Consolatrice des affligés qui Vous êtes laissée attendrir jadis par nos misères, regardez les maux qui nous oppressent. Faites que Votre Médaille répande sur nous et sur tous ceux qui nous sont chers, ses rayons bénéfiques : qu’elle guérisse nos malades, qu’elle donne la paix à nos familles, qu’elle nous sauve de tout péril.
Que Votre Médaille apporte le réconfort à ceux qui souffrent, la consolation à ceux qui pleurent, la lumière et la force à tous. Mais permettez spécialement, ô Marie, qu’à cette heure solennelle nous demandions à Votre Cœur Immaculé la conversion des pécheurs, particulièrement de ceux qui nous sont les plus chers. Souvenez-Vous qu’eux aussi sont Vos enfants, que pour eux Vous avez souffert, prié et pleuré. Sauvez-les, ô Refuge des pécheurs, qu’après Vous avoir tous aimée, invoquée et servie sur la terre, nous puissions venir Vous remercier et Vous louer éternellement dans le Ciel. Ainsi soit-il.

Retour en haut
 
 
neuvaine à l'Immaculée Conception
  29 novembre-7 décembre : neuvaine à l'Immaculée Conception

=> accéder à la neuvaine


Retour en haut