Menu

L’esprit de lucre et la haine des catholiques à Nîmes vont pousser quelques 15.000 huguenots, entrainés et excités par des franc-maçons à s’attaquer au couvent des Capucins. Après la mise à sac du couvent, les bandes protestantes se répandent dans la ville et se livrent au pillage et au massacre : "Plus de trois-cents citoyens ont péri", écrit le maire, Monsieur de Marguerittes.

Le martyr des capucins est très bien décrit par l’abbé Etienne Goiffon dans son Notice historique sur les capucins et la paroisse Sainte-Perpétue de Nîmes (Editions Grimaud 1871).

06 14 1790 martyrs révolution nîmes.jpgCitons simplement comment sont assassinés 5 de ces prêtres :

- Le Père Benoît de Beaucaire, âgé de 58 ans, est massacré dans l’église. En entendant les coups de hache contre la porte de l’église, il se précipite pour soustraire le Saint-Sacrement à la profanation. Il n’en eut pas le temps un huguenot se jetant sur lui : "Laissez-moi le temps d’achever ma prière !" demande-t-il. "Je t’accorde cinq minutes…"

Alors le prêtre s’empresse de consommer les Saintes Espèces. Mais cinq minutes ne suffisent pas ; il est abattu à bout portant, sur l’autel, par un coup de fusil puis transpercé de baïonnettes, la bouche encore pleine d’Hosties.

- Le Père Siméon de Sanilhac, est trouvé agenouillé en prière dans sa cellule, par les protestants qui le transpercent d’innombrables coups de fourche et de baïonnettes. Il avait 44 ans.

- Le Père Séraphin de Nîmes, est là en visite auprès de sa famille. Il appartient au couvent de Pont-Saint-Esprit. En entendant les bruits d’émeute dans la ville, sa famille cherche à le retenir, mais il refuse : "Mon devoir est de rentrer au couvent". Il sera trouvé dans sa cellule ayant subi d’horribles mutilations. Il avait 27 ans.

- Le Frère Célestin est un novice nîmois de 22 ans. Il est torturé pour lui faire dire où se cachaient les autres membres de la communauté : "Dis-nous donc où sont les autres ! Allons, ils sont bien plus nombreux ! Il faut bien en finir avec tous ces jean-foutre…" Son corps retrouvé est une charpie !

- Fidèle, originaire d’Annecy, est un Frère âgé de 82 ans, infirme, sourd et aveugle, qui ne peut plus quitter sa paillasse : il y est démembré et découpé à la hache, puis son lit est ensuite incendié. C’est après ce meurtre que ces barbares pillent la pharmacie ; ils s’enivrent avec les potions à base d’alcool, ils rient : "Le barbu, l’avons-nous assez bien traité ? Buvons à sa santé !"

Les Capucins cachés dans les lambris des plafonds entendent les massacreurs ricaner : "C’est être bons patriotes et bons amis de la constitution que de faire ce que nous faisons !"