Menu

Lin naquit à Volterra (Toscane) vers l’an 13 après Jésus Christ. Venu à Rome pour ses études, il se convertit rapidement au christianisme et après trois ans, il est ordonné prêtre par l’apôtre Pierre en l’an 44. Il fit la connaissance de Paul, qui semble faire allusion à lui dans sa deuxième épître à Timothée : « Salue Prisca et Aquilas, et la famille d’Onésiphore. Eraste est demeuré à Corinthe, et j’ai laissé Trophime malade à Milet. Hâte-toi de venir avant l’hiver. Eubulus, Pudens, Linus, Claudia et tous les frères te saluent. » (2 Tm 4,19-21) Toutes ces personnes, membres de l’Église de Rome, et que Paul avait encore la liberté de voir, ne sont nommées que dans cette lettre. Selon Irénée, le Pape Saint Lin est le Lin mentionné par Paul de Tarse, dans sa deuxième épître à Timothée. Un passage de Saint Irénée précise : « Après que les apôtres Pierre et Paul eurent fondé et organisé l’Église (à Rome), ils conférèrent à Lin l’exercice de la charge épiscopale. »

09 23 saint lin.jpg

À Rome il aurait remplacé Pierre quand ce dernier était absent de la ville. Il gouverna l’Église après Saint Pierre. Il relata par écrit les actions de l’apôtre Pierre, et principalement sa conduite à l’égard de Simon le magicien.
II décréta également qu’aucune femme n’entrerait dans une église sans avoir la tête couverte d’un voile. Dans sa première lettre aux Corinthiens, Paul dit à ce sujet : « Toute femme qui prie ou prophétise la tête dévoilée fait honte à sa tête, car c’est exactement comme si elle était rasée. » (1 Co 11, 5). Avoir la tête rasée, ou les cheveux coupés, était une peine infligée aux femmes adultères. Le voile est le signe de la réserve, de la pudeur, de la soumission dans la femme ; en paraissant en public non voilée, elle déshonorait son mari, parce qu’elle violait les règles reçues de la décence.

Linus introduisit dans le canon de la messe la partie dite Communicantes et, comme symbole de l’autorité papale, il ajouta aux vêtements liturgiques le pallium, ornement liturgique dont le port, sur la chasuble, est réservé au Pape, aux primats, et aux archevêques métropolitains pendant la célébration de la messe. Il vient du latin pallium (au pluriel pallia) qui signifie manteau.

Au cours de son pontificat, l’événement le plus important fut certainement la fin de la guerre de Judée avec la destruction par les Romains du temple de Jérusalem.

À cause de sa constance dans la foi chrétienne, le Pape Linus eut la tête tranchée, sur l’ordre du consulaire Saturninus.
Saint Lin fut enseveli au Vatican, près du tombeau de Pierre, le neuf des calendes d’octobre. Il dirigea l’Église pendant plus de onze ans.