Menu

Quatre cents ans étaient à peine écoulés, depuis le départ d’Éleuthère pour la patrie céleste, qu’un second apôtre de la grande île britannique s’élevait de ce monde, au même jour, vers la gloire éternelle. La rencontre de ces deux pontifes sur le cycle est particulièrement touchante, en même temps qu’elle nous révèle la prévoyance divine qui règle le départ de chacun de nous, en sorte que le jour et l’heure en sont fixés avec une sagesse admirable. Plus d’une fois nous avons reconnu avec évidence ces coïncidences merveilleuses qui forment un des principaux caractères du cycle liturgique. Aujourd’hui, quel admirable spectacle dans ce premier archevêque de Cantorbéry, saluant sur son lit de mort le jour où le saint pape à qui l’Angleterre doit la première prédication de l’Évangile, monta dans les cieux, et se réunissant à lui dans un même triomphe ! Mais aussi qui n’y reconnaîtrait un gage de la prédilection dont le ciel a favorisé cette contrée longtemps fidèle, et devenue depuis hostile à sa véritable gloire ?
05 28 saint augustin canterbory.jpeg
L’œuvre de saint Éleuthère avait péri en grande partie dans l’invasion des Saxons et des Angles, et une nouvelle prédication de l’Évangile était devenue nécessaire. Rome y pourvut comme la première fois. Saint Grégoire le Grand conçut cette noble pensée ; il eût désiré assumer sur lui-même les fatigues de l’apostolat dans cette contrée redevenue infidèle ; un instinct divin lui révélait qu’il était destiné à devenir le père de ces insulaires, dont il avait vu quelques-uns exposés comme esclaves sur les marchés de Rome. Mais du moins il fallait à Grégoire des apôtres capables d’entreprendre ce labeur auquel il ne lui était pas donné de se livrer en personne. Il les trouva dans le cloître bénédictin, où lui-même avait abrité sa vie durant plusieurs années. Rome alors vit partir Augustin à la tête de quarante moines se dirigeant vers l’île des Bretons, sous l’étendard de la croix.

Ainsi la nouvelle race qui peuplait cette île recevait à son tour la foi par les mains d’un Pape ; des moines étaient ses initiateurs à la doctrine du salut. La parole d’Augustin et de ses compagnons germa sur ce sol privilégié. Il lui fallut, sans doute, du temps pour s’étendre à l’île tout entière ; mais ni Rome, ni l’ordre monastique n’abandonnèrent l’œuvre commencée ; les débris de l’ancien christianisme breton finirent par s’unir aux nouvelles recrues, et l’Angleterre mérita d’être appelée longtemps l’île des saints.

Les gestes de l’apostolat d’Augustin dans cette île ravissent la pensée. Le débarquement des missionnaires romains qui s’avancent sur cette terre infidèle en chantant la Litanie ; l’accueil pacifique et même bienveillant que leur fait dès l’abord le roi Ethelbert ; l’influence de la reine Berthe, française et chrétienne, sur l’établissement de la foi chez les Saxons ; le baptême de dix mille néophytes dans les eaux d’un fleuve au jour de Noël, la fondation de l’Église primatiale de Cantorbéry, l’une des plus illustres de la chrétienté par la sainteté et la grandeur de ses évêques : toutes ces merveilles montrent dans l’évangélisation de l’Angleterre un des traits les plus marqués de la bienveillance céleste sur un peuple. Le caractère d’Augustin, calme et plein de mansuétude, son attrait pour la contemplation au milieu de tant de labeurs, répandent un charme de plus sur ce magnifique épisode de l’histoire de l’Église ; mais on a le cœur serré quand on vient à songer qu’une nation prévenue de telles grâces est devenue infidèle à sa mission, et qu’elle a tourné contre Rome, sa mère, contre l’institut monastique auquel elle est tant redevable, toutes les fureurs d’une haine parricide et tous les efforts d’une politique sans entrailles.

Vous êtes, ô Jésus ressuscité, la vie des peuples, comme vous êtes la vie de nos âmes. Vous appelez les nations à vous connaître, à vous aimer et à vous servir ; car « elles vous ont été données en héritage », et vous les possédez tour à tour. Votre amour vous inclina de bonne heure vers cette île de l’Occident que, du haut de la croix du Calvaire, votre regard divin considérait avec miséricorde. Dès le deuxième siècle, votre bonté dirigea vers elle les premiers envoyés de la parole ; et voici qu’à la fin du sixième, Augustin, votre apôtre, délégué par Grégoire, votre vicaire, vient au secours d’une nouvelle race païenne qui s’est rendue maîtresse de cette île appelée à de si hautes destinées.

Vous avez régné glorieusement sur cette région, ô Christ ! Vous lui avez donné des pontifes, des docteurs, des rois, des moines, des vierges, dont les vertus et les services ont porté au loin la renommée de l’Ile des saints ; et la grande part d’honneur dans une si noble conquête revient aujourd’hui à Augustin, votre disciple et votre héraut. Votre empire a duré longtemps, ô Jésus, sur ce peuple dont la foi fut célèbre dans le monde entier ; mais, hélas ! des jours funestes sont venus, et l’Angleterre n’a plus voulu que vous régniez sur elle, et elle a contribué à égarer d’autres nations soumises à son influence. Elle vous a haï dans votre vicaire, elle a répudié la plus grande partie des vérités que vous avez enseignées aux hommes, elle a éteint la foi, pour y substituer une raison indépendante qui a produit dans son sein toutes les erreurs. Dans sa rage hérétique, elle a foulé aux pieds et brûlé les reliques des saints qui étaient sa gloire, elle a anéanti l’ordre monastique auquel elle devait le bienfait du christianisme, elle s’est baignée dans le sang des martyrs, encourageant l’apostasie et poursuivant comme le plus grand des crimes la fidélité à l’antique foi.

En retour, elle s’est livrée avec passion au culte de la matière, à l’orgueil de ses flottes et de ses colonies ; elle voudrait tenir le monde entier sous sa loi. Mais le Seigneur renversera un jour ce colosse de puissance et de richesse. La petite pierre détachée de la montagne l’atteindra à ses pieds d’argile, et les peuples seront étonnés du peu de solidité qu’avait cet empire géant qui s’était cru immortel. L’Angleterre n’appartient plus à votre empire, ô Jésus ! Elle s’en est séparée en rompant le lien de communion qui l’unit si longtemps à votre unique Église. Vous avez attendu son retour, et elle ne revient pas ; sa prospérité est le scandale des faibles, et c’est pour cela que sa chute, que l’on peut déjà prévoir, sera lamentable et sans retour.

En attendant cette épreuve terrible que votre justice fera subir à l’île coupable, votre miséricorde, ô Jésus, glane dans son sein des milliers d’âmes, heureuses de voir la lumière, et remplies pour la vérité qui leur apparaît, d’un amour d’autant plus ardent, qu’elles en avaient été plus longtemps privées. Vous vous créez un peuple nouveau au sein même de l’infidélité, et chaque année la moisson est abondante. Poursuivez votre œuvre miséricordieuse, afin qu’au jour suprême ces restes d’Israël proclament, au milieu des désastres de Babylone, l’immortelle vie de cette Église dont les nations qu’elle a nourries ne sauraient se séparer impunément.

Saint apôtre de l’Angleterre, Augustin, votre mission n’est donc pas terminée. Le Seigneur a résolu de compléter le nombre de ses élus, en glanant parmi l’ivraie qui couvre le champ que vos mains ont ensemencé. Venez en aide au labeur des nouveaux envoyés du Père de famille. Par votre intercession, obtenez ces grâces qui éclairent les esprits et changent les cœurs. Révélez à tant d’aveugles que l’Épouse de Jésus est « unique », comme il l’appelle lui-même ; que la foi de Grégoire et d’Augustin n’a pas cessé d’être la foi de l’Église catholique, et que trois siècles de possession ne sauraient créer un droit à l’hérésie sur une terre qu’elle n’a conquise que par la séduction et la violence, et qui garde toujours le sceau ineffaçable de la catholicité.

L’Année Liturgique, Dom Guéranger