Menu

La fête de Noël est terminée ; les quatre Octaves ont achevé leur cours ; et nous voici en présence de la solennité de l’Épiphanie du Seigneur. Une seule journée nous reste pour nous préparer à la Manifestation pleine de mystère que nous doit faire de sa gloire celui qui est l’Ange du grand Conseil. Encore quelques heures, et l’étoile se sera arrêtée, et les Mages frapperont à la porte de la maison de Bethlehem.

Vigile ÉpiphanieCette Vigile n’est pas, comme celle de Noël, un jour de pénitence. L’Enfant que nous attendions alors, dans la componction et dans l’ardeur de nos désirs, est venu ; il reste avec nous et nous prépare de nouvelles faveurs. Ce jour d’attente d’une nouvelle solennité est un jour de joie comme ceux qui l’ont précédé. Cette Vigile ne sera donc point marquée par le jeûne ; et la sainte Église n’y revêtira point ses habits de deuil. Aujourd’hui, elle se pare de la couleur blanche, comme elle le fera demain. Ce jour est le douzième de la Naissance de l’Emmanuel.

Si la Vigile de l’Épiphanie tombe le Dimanche, elle partage avec celle de Noël l’honneur de n’être pas anticipée comme les autres Vigiles. Elle jouit de tous les privilèges des Dimanches ; et la Messe est celle du Dimanche dans l’Octave de Noël. Célébrons donc cette Vigile dans l’allégresse de nos cœurs, et préparons nos âmes aux nouvelles faveurs qui leur sont réservées.

L’Église Grecque observe le jeûne aujourd’hui, en mémoire de la préparation au Baptême qui s’administrait autrefois, principalement en Orient, dans la nuit qui précédait le saint jour de l’Épiphanie. Elle bénit encore les eaux avec une grande solennité en cette fête ; nous parlerons avec détail de cette cérémonie dont les vestiges ne sont pas encore entièrement effacés dans l’Occident.

Pour couronnement des pièces liturgiques qui nous ont aidé si suavement à pénétrer le mystère de Noël, nous avons réservé les strophes suivantes. Nulles autres ne pouvaient mieux convenir à ce jour qui prépare l’introduction des Mages près de la Crèche. Elles sont tirées du poème que le prince des mélodes de l’Église Grecque, saint Romanus, consacra, comme prémices de son génie, à la Vierge Mère. Nous regrettons de ne pouvoir donner ici le texte même, remis dans nos temps en honneur par un illustre prince de l’Église, et dont aucune traduction ne saurait rendre l’incomparable harmonie.

IN CHRISTI NATIVITATE. La Vierge aujourd’hui met au monde Celui qui dépasse la nature ; la terre donne une grotte pour gîte à l’inaccessible. Les Anges avec les bergers font assaut de louanges ; les Mages sont en route à la suite de l’étoile. Car pour nous voici qu’est né, enfant d’un jour, le Dieu d’avant tous les siècles.

Voici qu’en Bethlehem Éden est ouvert ; venez donc, et voyons : quel mets suave est là caché pour nous ! Venez : dans cette grotte, abreuvons-nous des délices du paradis. Là fleurit, sans être arrosée, la tige qui produit la grâce. Là est le puits qu’aucune main n’a creusé, et dont David un jour eût voulu boire. Ici tout d’un coup, grâce à la Vierge qui enfante, d’Adam et de David la soif est apaisée. Donc hâtons-nous d’aller où vient de naître, enfant d’un jour, le Dieu d’avant tous les siècles.

Le père de la mère a voulu être son fils ; le sauveur des enfants gît enfant dans une crèche. Fixant ses yeux sur lui, celle qui l’enfante a dit : « Qu’est-ce cela, ô mon fils ! En quelle manière as-tu pris germe en moi ? En quelle manière as-tu trouvé en moi vie et croissance ? Je te vois, ô fruit de mes entrailles, et suis dans la stupeur ; mon sein s’emplit de lait, et je n’ai point connu d’homme. Et tante dis que je t’admire en ces langes, je contemple la fleur de ma virginité toujours sauve, ô toi qui l’as gardée, en daignant naître, enfant d’un jour, Dieu avant tous les siècles.

« Roi très-haut, qui t’attire au milieu des mendiants ? Créateur des cieux, pourquoi viens-tu chez les habitants de la terre ? Une grotte fait tes délices, une crèche est ton amour ! Voici bien que pour ta servante il n’y a point de place dans l’hôtellerie ; et non seulement pas de place : pas de grotte même, car celle-ci est à d’autres. Pourtant à Sara, quand elle eut un fils, beaucoup de terre fut donnée : à moi, pas une tanière ; pour tout j’ai cet antre où tu as voulu habiter, enfant d’un jour, Dieu avant tous les siècles. »

Tandis qu’elle formule ces pensées dans son cœur et s’adresse suppliante à Celui qui connaît les mystères, elle apprend que les Mages sont là, cherchant le nouveau-né. Venant à eux : « Qui êtes-vous ? » dit la Vierge. Ceux-ci lui répondent : « Bien plutôt, quelle est ta naissance, ô toi qui as mis au monde un tel enfant ? De quel père, de quelle mère es-tu descendue, toi qui nourris un fils dont tu es la mère sans qu’il ait eu de père ? A la vue de son étoile, nous avons prononcé de concert qu’elle annonçait, enfant d’un jour, le Dieu d’avant tous les siècles.

« Balaam en effet nous avait avec soin préparés à comprendre les oracles dont il fut le prophète, lorsqu’il prédit le lever d’une étoile : étoile éteignant toutes divinations et présages ; étoile résolvant les paraboles des sages, leurs énigmes et sentences ; étoile dont la lumière l’emporte d’autant mieux sur le soleil qui nous éclaire, qu’elle-même a créé tous les astres ; par elle il était annonce que de Jacob sortirait comme la lumière, l’enfant d’un jour, le Dieu d’avant tous les siècles. »

Ayant entendu si merveilleux discours, Marie prosternée adora l’enfant né de ses entrailles, et dit en pleurs : « Grandes pour moi, ô mon fils, grandes sont toutes les choses que vous avez faites avec mon indigence. Car voici que dehors se tiennent les Mages, et ils vous cherchent ; les rois des nations de l’Orient désirent votre visage ; le contempler est la prière des riches de votre peuple. Ce peuple n’est-il pas vôtre, en effet, pour qui vous êtes né, enfant d’un jour, Dieu avant tous les siècles ?

« Puis donc qu’ils sont vôtres, ô mon fils, ordonnez qu’ils entrent sous votre toit, pour voir cette opulente pauvreté, cette noble indigence ; car je vous ai pour richesses et pour gloire, aussi n’ai-je point à rougir, en vous sont la grâce et la vérité ; et maintenant permettez qu’ils viennent en cet abri : comment m’inquiéterais-je de ma misère, vous possédant, vous le trésor que viennent contempler les princes, l’objet de l’étude des rois et des Mages cherchant où est né, enfant d’un jour, le Dieu d’avant tous les siècles ? »

Jésus le Christ et notre vrai Dieu se fit entendre intérieurement au cœur de sa mère, et lui dit : « Introduis ceux qu’amène ma parole ; car cette parole est la lumière de ceux qui me cherchent, étoile aux yeux, force pour l’âme intelligente. C’est elle qui, comme mon serviteur, a conduit les Mages, et maintenant elle s’est arrêtée pour remplir son office et désigner par ses rayons l’endroit où est né, enfant d’un jour, le Dieu d’avant tous les siècles.

« Maintenant donc reçois-les, ô toute belle, reçois ceux qui m’ont reçu ; car je suis en eux, comme je suis dans tes bras, et, en les accompagnant, je ne t’ai point quittée. » Elle donc ouvre la porte et reçoit l’assemblée des Mages ; elle ouvre, celle qui est la porte fermée à tous, que seul le Christ a traversée ; elle ouvre, celle qui fut toujours close, celle qui jamais rien ne perdit des trésors de la virginité ; elle ouvre, celle par qui fut donnée au monde, porte des cieux, l’enfant d’un jour, Dieu avant tous les siècles.

Les dernières paroles de notre Avent étaient celles de l’Épouse, dans la prophétie du Disciple bien-aimé : Venez, Seigneur Jésus ! venez ! Nous terminerons cette première partie du Temps de Noël par ces paroles d’Isaïe que la sainte Église a répétées avec triomphe : Un petit Enfant nous est né ! Les cieux ont envoyé leur rosée, le juste est descendu du ciel, la terre a enfanté son Sauveur, LE VERBE S’EST FAIT CHAIR, la Vierge a produit son doux fruit, Emmanuel, c’est-à-dire Dieu avec nous. Le Soleil de justice brille maintenant sur nous, les ténèbres sont passées ; au ciel, Gloire à Dieu ! sur la terre, Paix aux hommes ! Tous ces biens nous sont venus par l’humble et glorieuse Naissance de cet Enfant. Adorons-le dans son berceau, aimons-le pour tant d’amour ; et préparons les présents que nous irons demain lui offrir avec les Mages. L’allégresse de la sainte Église continue, la nature angélique est dans l’étonnement, toute la création tressaille de bonheur : Un petit Enfant nous est né !

L'année liturgique, Dom Guéranger