Menu

On ne connaît pas l'origine exacte de Protais ; un ancien cartulaire parlerait de la Vénitie (Vevey ou Venise ?). Il devint prêtre de bonne heure. Il couchait sur la dure, prolongeait ses veilles, châtiait sa chair tout en aidant les veuves, les orphelins et construisant des maisons pour les nécessiteux. A Lausanne il agrandit la chapelle de Saint-Thryse en la convertissant en une chapelle Saint-Maure.

Il donna son consentement à la construction du monastère et de l'église de Baulmes, en l'honneur de la Vierge Marie, grâce à l'appui de Félix, duc de la Bourgogne transjurane et de sa femme Ermentrude.

Pour la reconstruction de l'église-mère de Lausanne, qui avait souffert lors des invasions barbares, Protais avait obtenu la permission d'exploiter la forêt du Mont Tendre. C'est là qu'il allait aider les bûcherons, quand, selon la légende, il fut mortellement atteint par un arbre mal dirigé dans sa chute. Son corps fut transporté sur une litière de branchages jusqu'à un endroit où l'on put lui donne une bière, ce lieu prenant ensuite le nom de Bière. De là il fut porté à Basuges, aujourd'hui Saint-Prex (une déformation de Protais ?), et enfin à Lausanne où il fut enterré.
Sept siècles plus tard eut lieu la translatio dans la cathédrale.

Saints, martyrs et bienheureux en Suisse, Gian Franco Schubiger