Menu
christ roi 4.jpgEn instituant la Fête du Christ-Roi, le Pape Pie XI a voulu proclamer solennellement la royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ sur le monde.
Roi des âmes et des consciences, des intelligences et des volontés, le Christ est aussi le Roi des familles et des cités, des peuples et des nations, le Roi de l'univers entier. Comme Pie XI l'a monté dans son encyclique Quas primas du 25 décembre 1925, le laïcisme est la négation radicale de cette royauté du Christ ; en organisant la vie sociale comme si Dieu n'existait pas, il engendre l'apostasie des masses et conduit la société à sa ruine.

Pour lutter contre cette grande hérésie de notre temps, le Pape estima que la liturgie était le moyen le plus efficace, parce qu'elle serait chaque année une affirmation publique sociale et officielle des droits divins du Christ sur les hommes. Toute la messe et l'office du Christ-Roi sont une proclamation solennelle de la royauté universelle du Christ sur la création entière. La messe commence par une des plus belles visions de l'Apocalypse , où l'Agneau de Dieu, immolé mais désormais dans la gloire, est acclamé par la foule innombrable des Anges et des Saints. Fixée au dernier dimanche d'octobre, vers la fin du cycle liturgique se présente comme le couronnement de tous les mystères du Christ et comme l'anticipation dans le temps de la royauté éternelle qu'il exerce sur tous les élus dans la gloire du ciel.

La grande réalité du christianisme, c'est le Christ ressuscité régnant dans tout l'éclat de sa victoire au milieu des élus qui sont sa conquête.

***

Homélie de Saint Augustin, Docteur de l'Église :

Quel intérêt pour le Roi des siècles de devenir le roi des hommes ?
Le Christ n’est pas roi d’Israël pour lever un tribut, pour équiper une armée ou pour combattre des ennemis visibles, mais pour gouverner les âmes, pour veiller à leur salut éternel, et pour conduire au royaume des cieux ceux qui croient, espèrent et aiment.

Pour le Fils de Dieu égal au Père, Verbe "par qui tout fut fait", c’est donc une condescendance de consentir à être roi d’Israël et non une promotion. C’est la marque de sa miséricorde, bien loin d’être un accroissement de pouvoir. Il est au ciel le Seigneur des anges celui qui reçoit sur terre le nom de roi des Juifs... Mais le Christ n’est-il que roi des Juifs ? Ne l’est-il pas de toutes les nations ? — Bien sûr que si ! Il l’avait dit prophétiquement : « J’ai été constitué par Dieu roi sur Sion, sa montagne sainte, je publierai le décret du Seigneur. » Mais, puisqu’il s’agit de la montagne de Sion, on pourrait dire qu’il a été constitué roi des Juifs seulement, aussi les versets suivants déclarent-ils : « Le Seigneur m’a dit : tu es mon fils, c’est moi qui t’engendre aujourd’hui ; demande et je te donnerai les nations pour héritage et pour ta possession les confins de la terre. »